Vous êtes ici : Accueil > Travaux d’écriture > Un roman potentiel > Le roman : chapitres en vrac

Chapitres du roman potentiel

Inutile de chercher un ordre linéaire dans ces chapitres !

Commencez plutôt par le premier, et laissez-vous guider. Deux lecteurs ne liront pas forcément la même histoire...

Articles

  • Pitchoune - Mai 2011

    Dans un coin obscur se tenait une silhouette plutôt massive. Elle marchait de long en large, les mains dans le dos. Quand elle passa devant une chandelle qui lui servait d’éclairage on aperçut son visage. Ses cheveux verts se dressaient sur sa tête tel le feuillage d’un arbre. Son gros nez rouge lui faisait un zone d’ombre sur la bouche et son teint était d’un blanc glacial. Sa chemise à carreaux, couleur or, était craquée à quelques endroits. Elle portant un jean délavé assez vieux, et de grandes (...)

  • Marre d’être pris pour un homme - Mai 2011

    Sortant son costume de l’armoire, Irma eût l’air exaspérée.
    -- Ridicule costume ! C’est à cause de toi que même ma famille me prend pour un homme, à cause de toi que, stupidement je tombe devant tout un public en me prenant les pieds dans les cerceaux. A cause de toi que sans cesse je ressens des pulsions meurtrières incontrôlables. Trop de fois j’ai baissé la tête en cachant mes larmes à cause de toi.Si ton objectif était de gâcher ma vie, crois bien que tu as réussi.
    Si vous voulez savoir le poids de la (...)

  • Vengeance - Mai 2011

    Quand j’aperçus cette silhouette au loin, je me rapprochai, et petit à petit je crus le reconnaitre. Il avait un air de famille, comme la copie conforme du défunt magicien. Que faisait-il ici ?! Comment avait-il pu se recomposer après sa mort fatale ?! Peut-être venait-il se venger ?!
    « Bonjour Zack !
    -- Tu n’es pas mort ?!
    -- Moi non mais mon frère oui, mais tu le sais déjà puisque c’est toi qui l’as tué.
    -- Que fais-tu là ?!
    -- J’ai reçu l’ordre quelque peu irréaliste de te tuer pour venger une partie de (...)

  • L’assistant revient sur ses pas après une tournée mondiale comme comédien - Mai 2011

    Arrivé sur le quai de la gare, l’homme vêtu d’une veste en cuir noir avança d’un pas lent vers sa voiture qu’il avait laissée là, dans l’unique but de rentrer chez lui. En chemin, un brin de curiosité l’envahit, il se demanda ce qu’était devenu le cirque où il avait passé tant de temps, deux ans après sa fermeture. En arrivant sur les lieux, ses pensées dérivèrent et il se remémora toutes les années où son père le forçait à se travestir en assistant du magicien. Toutes ces années où il avait été réduit à ce (...)

  • Le fantôme - Mai 2011

    Durant la nuit, nuit de pleine lune, d’étranges bruits lugubres, tels des râles, se firent entendre. Dans la roulotte où il avait décidé de dormir, l’héritier ouvrit un œil, intrigué par ces bruits qui l’avaient tiré de son sommeil. Cherchant des yeux d’où provenaient ces bruits, il comprit qu’ils s’élevaient de l’extérieur. N’arrivant pas à se rendormir il décida d’aller vérifier ce qu’il se passait. Il ouvrit la porte précautionneusement la peur au ventre. Marchant dans la nuit, il se rapprocha de la cage aux (...)

  • Découverte du corps - Mai 2011

    Dès qu’il passa les vieilles portes du cirque, il se sentit observé par une présence mystérieuse. Il fit alors le tour du site. Lorsque près d’une haie un faisceau lumineux l’éblouit, il repensa aussitôt à l’étrange impression ressentie lors de son arrivée. Il préféra ne plus y prêter attention et continua sa ronde qui n’aboutit à rien. Pour clarifier son doute, il repassa à côté de la haie. Il fut de nouveau interpelé par le même rayon, il décida de remonter jusqu’à sa source et découvrit qu’il provenait d’une (...)

  • Le retour au cirque par le visiteur - Mai 2011

    Après beaucoup de détours, il parvint enfin au cirque qui était abandonné depuis maintenant plus de deux ans. Le rouge vif de la toile du chapiteau avait perdu son éclat antérieur, seul restait visible le blason du cirque : un P et un S entrelacés, le même que sur sa chevalière à son annulaire. Une pointe de déception l’emplit lorsqu’il prit conscience de la pauvre nature de son héritage...
    La structure du toit s’était effondrée. La végétation s’était épandue aux alentours et rendait l’accès du cirque (...)

  • Achille Parmentier - Mai 2011

    Achille Parmentier, soigneur d’animaux, une fois son travail perdu, se rendit à Chille, où il trouva un métier dans un haras, le Haras Chide. On lui confia un étalon appelé Mentier, qui était particulièrement rétif. Quand Achille essaya de le dompter, le cheval se cabra comme un cabri : « Olé ! » cria Achille, et le cheval se calma. Etant le cheval le plus entrainé et performant, le directeur appela son équipe Mentier. Ayant hérité de ses parents, Jennifer Forgé, la directrice équipa ses cavaliers de (...)

  • Fin de la clownesse - Mai 2011

    C’en était fini, plus de directeur, plus de cirque, je m’efforçais de faire mes valises et quittai à contre cœur l’endroit qui avait bercé mon enfance.
    Même si je haïssais ma vie ici, partir provoquait en moi un certain pincement (maladroit). C’était ici que j’avais grandi, que je m’étais construite, c’était grâce à cet endroit que j’étais devenue celle que je suis aujourd’hui. Un dernier tour sur la piste, scène de toutes mes humiliations, comme pour dire adieu à cette vie et tourner une page de mon histoire. (...)

  • Mange le magicien de façon animale - Mai 2011

    Le sac sur le dos, je me rendis au plus vite à la cage des fauves. J’ouvris mon sac, et sentis l’odeur du sang envahir l’espace. Prenant avec horreur l’un des membres du magicien, le bras, je le lançai dans la cage. Il fut déchiqueté. Les fauves n’avaient aucun problème pour manger les restes d’un être humain. Tous les membres furent dévorés en quelques minutes. Il ne me restait plus que sa tête. « Oh mon dieu qu’elle est laide ». Je ne pus la jeter. « On ne fait pas dévorer une tête tout de même ». (...)

  • Se laisse pousser les poils - Mai 2011

    Derrière les barreaux de la cage, on distinguait des lions, attendant impatiemment leurs repas du soir. On distinguait aussi, en regardant plus attentivement, une créature qui, par son attitude et ses mouvements, pouvait passer pour un fauve. Si on s’attardait encore un peu, on commençait à percevoir un visage humain à travers les poils, on voyait apparaître une silhouette, des doigts, des mains, des bras, des pieds. Tout à coup, on comprenait : c’était un homme. (...)

  • Se prend pour un animal - Mai 2011

    Plus jeune, il adorait les animaux. Un jour, un jaguar le mordit. Il fut amené en urgence à l’hôpital où il subit une intervention. Les risques étaient majeurs, la morsure s’était infectée. Après plusieurs mois, les médecins virent un changement spectaculaire, les sangs s’étaient mélangés. Son comportement devint bestial ; quelque fois il se surprenait à entendre des voix d’animaux ; alors il leur parla. Puis peu à peu son raisonnement en fut touché, il se mit à acheter des tas de costumes d’animaux car il (...)

  • Le soigneur d’animaux - Mai 2011

    Achille, immigrant californien, homme respectable d’environ une trentaine d’années, travaillait au cirque « Petrov’sou » comme soigneur d’animaux. Cette année l’hiver était particulièrement rude, les valeurs du thermomètre étaient négatives, et le moral d’Achille serait bientôt mis à l’épreuve...
    Tout commença de bonne heure. A l’aube, Achille faisait sa tournée habituelle parmi ses protégés. Lors de son arrivée devant l’enclos, la peur le saisit au ventre. California le zèbre, le seul animal de ce cirque (...)

  • Amoureuse de l’assistant - Mai 2011

    Il était époustouflant. Cachée dans un coin du chapiteau , je le dévorais des yeux. Beau, il était beau je n’ai pas assez d’inspiration pour trouver les mots juste pour vous le décrire. Je ne me lassais pas de le regarder, exécuter encore et encore ce misérable tour. Le spectacle avait beau être nul, Zack était incroyable. Ses cheveux, ses yeux, son sourire, sa voix : c’était toutes ces choses dont je ne me lassais pas. Et moi la pauvre clown que je suis, j’en ai assez d’être prise pour un homme. Si (...)

  • Personne ne rit à ses blagues - Mai 2011

    La clownesse se remémora, assise dans un coin de sa loge en piteux état, la soirée de la veille où, comme chaque soir, elle avait été contrainte d’enfiler la peau de Pitchoune. Comme chaque soir, accompagnée de sa trompinette usée par le temps, elle entra en piste espérant apercevoir dans ces gradins vides depuis des année, un public digne de ce nom, et comme chaque soir, la faible lueur d’espoir qu’elle avait dans les yeux s’éteignit lorsqu’elle s’efforça de raconter ses blagues habituelles à trois ou (...)

  • Le clown déprimée - Mai 2011

    Déprimée. Il était déprimée. Ce n’était pas une nouveauté. La pire chose selon lui était de faire une blague à laquelle personne ne riait. Attendre ne serait-ce que le moindre signe de joie sur le visage des spectateurs pour finalement baisser la tête et passer à autre chose. Il avait perdu toute joie de vivre, ne prenait plus de plaisir à jouer son rôle. Il n’avait plus aucune motivation, plus envie de continuer... Puisque le public ne riait pas, il s’était mis à l’insulter au début pour rire puis il (...)

  • Préparatif pour le numéro - Mai 2011

    L’ assistant du magicien était en train de préparer le matériel pour son prochain numéro : la roue fatale et sanglante .
    Il avait besoin :
    -- d’ une roue ;
    -- de couteaux ;
    -- de projecteurs ;
    -- de costumes dorés ;
    -- de chapeaux ;
    -- d’un tapis rouge couleur sang ;
    et surtout d’un public joyeux , enthousiaste et émerveillé .
    Parce qu’elle le vaut bien..
    Ce soir je serai la plus belle pour aller (...)

  • L’assistant du magicien - Mai 2011

    L’assistant du magicien
    C’était un assistant. L’assistant du magicien. Aujourd’hui, comme tous les jours, il était sur scène avec l’homme que tout le monde regardait : Le Magicien. Il ne l’aimait pas. Tout ce que faisait cet homme, ce qu’il représentait, ce qu’il pensait, lui répugnait. Lui donner les objets qui lui permettaient de faire correctement son métier l’agaçait : « Et vas-y que j’te donne ton lapin, comme une envie de te le foutre dans la gueule ; tiens, il fait pas son numéro pourri avec les (...)

  • Assistant soumis à son père - Mai 2011

    Le 04/02/1992 à 00h13
    Cher journal, après ce spectacle je me rends à nouveau compte que je n’en peux plus d’être l’assistant de mon père. Rester muet tandis qu’il me découpe, m’enflamme et me fais disparaitre devant trois ou quatre clochards qui préfèrent être assis dans les gradins d’un cirque minable plutôt que d’être sous les ponts, cela m’insupporte ! Au fond de ma roulotte je rêve d’une vie de nomade que jamais je n’aurai. Je donnerais tout pour vivre une autre vie que celle d’un misérable assistant. (...)

  • Il est obligé d’obéir - Mai 2011

    L’assistant était à bout de nerf. Il détestait son métier. Mais plus que tout, il détestait son père. Ce père, qui le forçait, chaque soir à devenir son assistant pendant que lui, jouait le grand magicien. Ce père, qui, en guise d’héritage l’obligeait à transformer son corps d’homme en celui d’une femme, avec des vêtements flashy, des paillettes... Toutes ces choses qui humiliaient, qui mettaient de côté sa fierté. Il rêvait d’un monde où son père ne serait pas contraint d’obéir à chacun de ses ordres, où (...)

  • La préparation de l’assistant du magicien - Mai 2011

    Il était un peu en retard. Dans une heure il serait sur scène.
    Il commença par mettre de la musique. Il ouvrit avec énervement une boîte, en sortit quelque chose de plat qu’il frotta dans ses mains. La cire était prête, il pouvait s’épiler.
    Il était en équilibre ; une jambe sur la baignoire, l’autre sur le plancher de sa vieille caravane miteuse. Il regrettait toujours lorsqu’il jetait ses poils : les derniers symboles de sa virilité.
    Il était au comble de l’exaspération lorsqu’il saisit la trousse de (...)

  • Paillettes et costumes - Mai 2011

    Comme à leur habitude, ses mains enfilaient son collant le long de ses jambes.
    Comme à leur habitude, ses jambes passaient dans son body.
    Comme à leur habitude,ses mains le remontaient jusqu’à ses épaules.
    Comme à leur habitude, ses bras passaient dans les bretelles de son body.
    Comme à leur habitude, ses pieds enfilaient de belles chaussures à talons pailletées.
    Comme à son habitude, son reflet dans le miroir lui déplaisait.
    Comme à son habitude, le maquillage masquait les imperfections de son (...)

  • Elle n’est pas assistante - Mai 2011

    Quand je le regardais lui là-bas derrière ce rideau me prendre ma place à moi ! Moi qui était faite pour faire ce métier Hip-Hop. Je ressentais, une brûlure qui me rongeait le cœur comme le soleil fait fondre la graisse. Qu’avait -il de plus que moi ? A cause de lui je me retrouvais à jouer se rôle maudit de clown.De plus, chaque entrée en scène me complexait d’avantage et j’étais ridiculiser par rapport à cet assistant magicien et ces pitoyables spectateurs. Je désirais tellement ce rôle d’assistante du (...)

  • Le meurtre - Mai 2011

    Le meurtre du magicien
    Le soir du vendredi 13 janvier, l’assistant et la clown allèrent près de la chambre des épées, là où ils avaient rendez-vous avec le magicien. Ils n’en pouvaient plus de cette situation, et de cette misère. Comme si ça ne suffisait pas le cirque Zavatta s’était installé dans la rue voisine.
    Quelques minutes plus tard, le magicien rejoignit la clown et son assistant. Après un débat très vif au sujet du cirque, de son piteux état, des ses accessoires délabrés, de ses animaux (...)

  • Déteste le magicien - Mai 2011

    Je le détestais. Il était vraiment horrible. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais dans ce fichu cirque et pourquoi ce fichu directeur. C’était vraiment honteux d’être comme ça. Quoi que je fasse il ne comprenait pas que ma véritable passion n’était pas de faire le clown sur la piste. Pourquoi le hasard avait voulu qu’il vienne au monde ? Il n’y avait pas de justice. Il était certainement l’homme le plus crétin de la planète. Il espérait faire de ce cirque minable un cirque connu au niveau mondial mais (...)

  • Le clown obèse - Mai 2011

    Dès qu’Irma se leva, elle alla tout de suite dans la salle de bain comme si, pour elle, c’était une torture de se déplacer. Cela se vit d’ailleurs aux gouttes de sueur qui dégoulinèrent sur son visage, ainsi qu’à sa respiration qui, à rythme régulier, faisait le bruit d’un xylophone. Arrivée au moment fatidique, lorsqu’elle se pesa, on put alors voir l’émerveillement sur son visage. Elle avait perdu 200 grammes !
    Pour elle, c’était grandiose. Elle voulut sauter de joie mais ne put vraiment décoller du sol (...)

  • Le clown pas drôle - Mai 2011

    Le clown pas drôle.
    Il commença à mettre un peu de poudre blanche sur son visage, il ajouta sur ses joues du crayon rouge et finit par mettre du mascara tout en se regardant droit dans les yeux dans le miroir, se demandant s’il était assez bien préparé. On lui disait souvent que sa qualité principale était d’être perfectionniste. Il n’était pas beau, pas laid non plus, mais sous le maquillage on ne le voyait que très peu. Il n’avait que peu étudié et s’était retrouvé à faire du cirque un peu par défaut, (...)