Vous êtes ici : Accueil > Travaux d’écriture > Nouvelles réalistes > Feng Jianmai
Publié : 3 juillet 2016

Feng Jianmai

Feng Jianmai était une femme de 30 ans, aux cheveux noirs et de petite taille. Elle habitait dans les petites provinces de Chine avec son mari Ling Kong et son premier enfant qui s’appelait Chang.
Un soir, elle se rendit compte qu’elle était enceinte et cette grossesse était inattendue.
Elle commençait à paniquer car les lois devaient être obligatoirement respectées, si elles ne l’étaient pas, soit ils devaient payer une amende ou avorter.
Feng n’avait pas prévenu son mari de sa grossesse puisqu’il partait souvent en déplacement. Il n’était pas souvent présent pour son premier enfant alors elle avait peur de sa réaction. De plus, il la battait. D’ailleurs cela se voyait puisque Feng avait beaucoup de bleus et de griffures sur son visage et sur son corps. Deux ou trois jours plus tard, son mari rentra, sans même le savoir, il rentra dans la maison très heureux.
Mais Feng était nerveuse à cause de cet événement à lui annoncer :
« J’ai quelque chose à t’annoncer…
— Une bonne ou mauvaise nouvelle ?
— (Feng se mit à pleurer) Je suis enceinte…
— (Il resta bouche bée) Comment est-ce possible puisque j’étais parti en voyage ?
— Je pensais que j’étais enceinte de toi mais je suis allée voir le docteur et il m’a dit que tu n’étais pas le père ! »
Il commença à la battre, elle se mit par terre, la bouche en sang. Ling se calma puis décida de prendre ses affaires et de la mettre à la porte.
Pendant la nuit, elle resta devant chez elle, puis elle réfléchit : où pouvait-elle aller après cet événement ? Elle alla chez ses parents pour s’y réfugier. Elle expliqua à ses parents que son mari la battait, et qu’elle était enceinte d’un autre homme.
Ses parents voulurent appeler le père de l’enfant pour le lui dire.
Feng l’appelait mais il ne répondait pas, elle commençait à stresser puis quelques minutes plus tard, il l’a rappelait.
« Allo Clang , c’est feng
— Salut Feng, comment vas-tu ?
— Pas très bien, je dois te dire quelque chose…
— Vas-y, dis-moi
— Je suis enceinte de toi
— Ce n’est pas possible ?!
— Si, je suis allée chez le docteur
— Je ne sais pas quoi te dire…
— Cela fait déjà 5 mois… »
Clang choqué par cette nouvelle, raccrocha.
Feng se mit à pleurer.
Ses parents redescendirent, la police frappa à la porte, Feng se cacha dans l’armoire. La police monta dans la chambre où Feng était mais ne la trouvèrent pas.
Alors, celle-ci repartit de la maison et Feng sortit de l’armoire, effrayée par cette situation. Elle rappela Clang, qui ne décrocha pas, elle était perdue.
Elle savait juste que ses parents ne pourraient pas la cacher indéfiniment.
Ses parents lui proposèrent de se reposer en attendant de savoir que faire pendant qu’elle dormait. Ses parents eux réfléchissaient beaucoup à la dénoncer pour qu’elle puisse vive tranquille et quitter ce mari qui la battait, et de garder son fils.
Ils décidèrent alors de les appeler, la police arriva, prit Feng et l’emmena dans un hôpital pour la faire avorter.
Elle rappela Clang, qui décrocha, et lui dit qu’ils allaient la faire avorter de force à l’hôpital.
Alors Clang parti rejoindre Feng pour l’aider mais c’était trop tard…