Vous êtes ici : Accueil > Travaux d’écriture > Travaux d’écriture 2014-2015 > Le réveil sonne. Il est six heure trente,...
Publié : 31 mai 2016

Le réveil sonne. Il est six heure trente,...

Le réveil sonne. Il est six heure trente, Chloé se réveille doucement. Comme à son habitude, elle a un peu de mal, les yeux entrouverts, elle se dit encore une fois qu’elle aurait dû se coucher plus tôt. Elle se prépare et va jusqu’au métro à pieds.

Il est neuf heure à la gare d’Issy-les-Moulineaux, elle attend le métro. Chloé est une femme grande et plutôt mince. Elle est brune aux yeux verts et essaye souvent de se mettre en valeur sur le bord du quai ou dans la rue, en quête du premier grand amour. Mais celui ci ne s’est pas encore présenté.
La jeune femme arrive au bureau, celui d’une agence immobilière dans le XVIème arrondissement de Paris. Ce matin là, quelques visites de clients potentiels à l’agence, ainsi qu’un riche investisseur étranger désireux de s’approprier quelques biens immobiliers dans la capitale.

Lors de la pause méridienne, elle décide de manger en terrasse en ce temps printanier. En face d’elle s’assoit un beau jeune homme, l’air détendu, vêtu d’une chemise blanche.
Subjuguée par ses moindres faits et gestes, Chloé essaie d’attirer le regard du bel homme. Mais il ne prête pas la moindre attention à elle. La demoiselle, déçue par le manque d’intérêt des hommes, reprit le chemin du travail. A son arrivée, son supérieur lui annonce la visite d’un nouveau client. Quand celui-ci fait son arrivée, un déclic se fait tout de suite dans la tête de Chloé. C’est celui-là se dit-elle. Le deux personnes se présentent tour à tour. Édouard ? C’est un très joli prénom !

Après avoir fait quelque peu connaissance avec ce dernier, Chloé lui propose de commencer les visites d’appartements susceptibles de l’intéresser. Et c’est pendant celle d’un bel immeuble dans un arrondissement proche, que Chloé lui avoua son attirance. Édouard lui fait part de l’attrait réciproque qu’il éprouve pour elle.

A la fin de la journée, ils décident de se revoir le lendemain dans un restaurant chic de la capitale. La nuit est pleine d’étoiles dans les yeux de la jeune fille, cet homme, c’est celui qu’elle attendait, et il est venu. Il débarque dans sa vie, tel un nouveau né arrivant sur terre.
Le jour d’après, l’heure du rendez-vous sonna. Chloé entre dans le restaurant et ne met pas longtemps avant de trouver le jeune homme qui l’attendait impatiemment. Les salutations faites, il passent à table, c’est un repas copieux qu’Édouard prévoit d’offrir à la demoiselle. Ils discutent tout le long du repas de leur parcours dans la vie.
Plusieurs rendez-vous se succèdent et c’est un soir d’automne, le long des quais, qu’il décide à demander la main de Chloé. Elle reste sans voix, elle ressent un sentiment, à la fois de bonheur et de stupéfaction. Quand elle prend conscience de ce qui se passe, elle accepte tout de suite la demande de son jeune promis.

Édouard annonce la nouvelle à ses parents. Ces derniers sont plutôt sceptiques. En effet, Chloé n’a pas beaucoup d’argent et cela pose problème aux yeux des parents du futur marié qui sont issus d’un milieu aisé. La famille d’Édouard, bien évidemment habituée à fréquenter des personnes de plus haut rang social vont essayer de le persuader de ne pas vivre avec elle mais Édouard, d’abord hésitant, reste sur ses propos.
Les préparatifs du mariage vont commencer et les parents d’Édouard n’ont pas dit leur dernier mot. Pendant qu’elle essaye de jolies robes blanches, il visite des magasins de haute couture à la recherche d’un costume en vue de la cérémonie. Elle choisit une robe adaptée à ses dimensions et lui, fait l’acquisition d’un bel habit blanc accompagné d’une cravate bleu marine.

Lors d’un dîner de famille, les parents d’Édouard retentent de convaincre leur fils d’abandonner cette « pauvre fille » et de tout annuler mais cette fois ci avec des arguments bien plus persuasifs. Ils vont essayer de lui faire croire qu’elle veut cette union simplement pour pouvoir profiter de sa fortune et par la même occasion, hériter à sa mort. Édouard dit que ce n’est pas la peine de lui en parler, qu’ils n’arriveront pas à le faire changer d’avis, Chloé n’est certainement pas capable de ça. Mais les propos utilisés ont touché au but. Il hésite, ses nuits deviennent tourmentées. Il pense, il pense beaucoup, il pense trop.
Au fil des rendez-vous galants, il devient de plus en plus distant. Chloé, ne se doutant de rien, continue de rêver de lui toutes les nuits et imagine déjà la cérémonie de leur mariage. Le jour J approche et Édouard, entre sa famille et sa fiancée, est partagé. Il ne sait pas, il est perdu. Pendant que ses parents deviennent plus agressifs, Chloé apprécie son homme au quotidien. Elle dégotte un appartement un peu plus grand dans le XVIème grâce à l’argent de son futur époux et l’aide de son agence.
Quand ils emménagent, les parents d’Édouard ne manquent pas de rappeler à leur fils de qui provient le financement de cet appartement. Et ils parviennent à déstabiliser de plus en plus le fiancé grâce à ces remarques répétitives.
Le mariage est à cinq jours maintenant. La salle où se dérouleront les festivités a été réservée depuis longtemps et la mairie est prête. Tout les convives ont confirmé leur invitation. Tout est prêt.

Le réveil sonne. Il est six heure trente, Chloé se réveille doucement. Comme à son habitude elle a un peu de mal, les yeux entrouverts, elle se dit encore une fois qu’elle aurait dû se coucher plus tôt. Elle se tourne vers le côté du lit pour embrasser son fiancé, mais il n’est plus là. Elle bondit du lit et jette un coup d’œil dans la chambre. Ses affaires ne sont plus là également. Elle cherche dans l’appartement des signes de son Édouard mais en vain. Elle s’inquiète, elle ne sait plus quoi
faire. Elle tente de l’appeler sur son téléphone portable mais aucune réponse à part la voix de son répondeur. Alors elle réessaie, mais elle tombe encore et encore sur les mêmes mots de la messagerie lui disant de rappeler plus tard. Et toute la journée les mêmes gestes, elle a compris, il ne reviendra pas. Elle se retrouve désespérément seule. Il faut tout annuler, tout payer, tout faire. Devant la tâche de travail immense, elle s’abandonne au désespoir. Pourquoi, pourquoi est-il parti comme ça, du jour au lendemain, sans prévenir, sans donner la moindre raison, sans en avoir discuté ? Toutes ces questions apparaissent en même temps comme un tourbillon dans la tête de Chloé. Mais ces questions resteront malheureusement sans réponse,dans la confusion la plus totale et la vérité ne triomphera point cette fois. Elle fait toutes les procédures d’annulation de réservation et elle appelle tous les invités un par un. Et c’est tout, elle ne veut plus en entendre parler, plus jamais. Il faut déménager, quitter ce lieu qui signifie tant de bonheurs et de malheurs à la fois. De plus, le salaire de Chloé ne peut pas se permettre de payer les charges d’un tel appartement. Il faut faire les cartons, vite, les déménageurs arrivent dans quatre jours. C’est l’occasion de trier les vieilles affaires. Elle ouvre sa garde robe et s’aperçoit qu’elle n’avait pas pensé à la robe. Que faire de cette robe ? La vendre ? La donner ? Aucune de ses connaissances n’a les mêmes mensurations.

« A vendre, robe de mariée n’ayant jamais servi »

Voir en ligne : Chloé